Optimisation des images GIF et PNG

Il est en effet possible pour la plupart des images de type PNG ou même GIF d’optimiser leur poids : ces images, même exportées depuis Photoshop ou Illustrator/Inkscape, comportent des données qui ne sont pas forcément nécessaires pour une utilisation web, nous allons donc les supprimer1. Pour cela, il existe plusieurs logiciels, dont je me propose de faire la comparaison dans cet article. Tout d’abord, pour que vous compreniez bien que cette optimisation se fait sans perte de qualité, un petit aperçu :

Non optimiséOptimisé

L’image de gauche n’est pas optimisée : elle pèse 12,9Ko. Celle de droite est optimisée : elle pèse 8,12Ko.

La question est maintenant de savoir quel logiciel choisir. J’ai choisi d’opter pour une comparaison entre 4 logiciels, qu’ils existent pour Windows, Linux ou les 2).

Programme Résultat Windows Linux/Unix Interface graphique
PngOptimizer 8.12 Kio OUI NON OUI
PngCrush 8.2 Kio OUI OUI NON
PngOUT 11.6 Kio OUI OUI pour windows uniquement + payant
AdvanceCOMP (AdvPng) 8.1 Kio OUI OUI NON

J’ai également testé OptiPNG, puissant, mais qui modifiait l’image et son calque alpha (sous IE6 la transparence est donc OK mais la couche était mal adaptée), même en compression minimum, je n’en parle donc pas ici.

Optimisation des requêtes et du poids des images

Nous allons dans un premier temps voir comment intégrer directement nos images dans un fichier CSS pour économiser quelques octets sur les requêtes HTTP puis comment réduire encore le poids et le nombre de requêtes.

L’attribut INLINE de la propriété background en CSS

Il existe en effet une propriété CSS permettant d’intégrer une image directement dans le CSS, sous sa forme en base64. Ex. :

background: url(data:image/png;base64,<la_string_en_base_64>);

Exemple (pour ceux qui ont un navigateur récent vous devriez voir une hermine orange comme dans le menu à droite de ce blog) :

Vous pouvez notamment tester ceci rapidement en obtenant la base 64 de votre fichier depuis : Base64 - decoder/encoder.

Il vous faudra donc un navigateur récent, notamment la version 8 de IE pour les malheureux utilisateurs de ce dernier.

L’utilisation des sprites

Un sprite constitue en fait à réunir plusieurs images en une seule et à accéder à la partie que l’on souhaite en en définissant les coordonnées. Cela permet de gagner quelques octets: dans chaque image, certains informations sont répétées comme par exemple les tables de couleur. En créant une seule image, il n’y a plus qu’une table de couleur. Il s’agit en fait ici d’avoir une seule image composée de plusieurs autres auxquelles nous accéderons via leurs coordonnées grâce à CSS. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, Pompage.net vous contentera sûrement : http://www.pompage.net/pompe/sprites/.

Pour effectuer ces sprites aisément, certains sites vous proposent leurs services, tel CSS-Sprit qui via javascript vous délivrera le code CSS et l’image composée ! Je m’en suis d’ailleurs servi pour vous montrer comment l’accès à chaque partie de l’image se fait à travers la propriété background-position :

Sprite CSS

Bien sûr encore une fois ça se limite aux navigateurs sachant interpréter la dite propriété CSS, le problème est et sera toujours le même ;) .


  1. Pour ceux que ça intéresse, plus d’informations sont disponibles ici (en anglais) : http://optipng.sourceforge.net/pngtech/optipng.html